Emphas : crowdfunding & documentary

Crowd-funding an interesting process for companies to become co-producers of content while co-supporting worthwhile community based projects.

emphas.is is a great example of crowdfunding which has been mainly discussed in the music industry. It is about commited World  journalism with usually a portion of self history/discovery. Those projects are made by extremely passionated and commited young people with a clever multilayer funding approach.

http://www.emphas.is/web/guest/discoverprojects?projectID=304

Publicités

Emphas : crowdfunding & reportage

Le crowdfunding  est une idée intéressante pour les entreprises qui peuvent, en échange d’une participation complémentaire aux projets, acquérir certains droits au delà du bénéfice de l’ordre du mécénat.

Le crowdfunding  peut aussi être interne sur des projets choisis dans l’Entreprise par les salaries sur la base d’un abondement

On connait bien le principe du crowdfunding pour la musique. Emphas.is  est un bon exemple de crowdfunding de journalisme engagé. Admirable les projets qui transpirent la passion de leurs auteurs, un bol d’oxygène!

Vous pouvez voir une présentation vidéo ou photo sonore des projets, quels projets ont été financés ou leur stade de financement, il y a aussi différents niveaux de funding avec des bénéfices différents.

http://www.emphas.is/web/guest/discoverprojects?projectID=304


Les Marques sont elles moins légitimes que les médias à faire du journalisme?

Une présentation suivie d’un débat passionnant avec des étudiants de journalisme et quelques journalistes sur ce thème sur l’invitation et l’accompagnement de Michel Baldi. De prime abord les marques et le journalisme cela sent le souffre. Une fois développées les contraintes marketing (les positionnements, les lignes éditoriales, les maquettes, imposant des disciplines) les contraintes commerciales (les annonceurs et le principe de ne pas mordre la main qui vous nourrit…) les contraintes des intérêts supérieurs du ou des actionnaires principaux (censures et surtout auto-censures) on réalise les limites draconiennes à la liberté éditoriale tant dans le fond que la forme imposées aux journalistes. Une fois analysées les contraintes imposées aux marques contraintes parfois semblables (contraintes marketing encore plus strictes, contraintes commerciales bien moindres – le journalisme de marque a moins ou pas besoin d’être économiquement rentable en soi- et de l’actionnaire  dont l’activité peut être bien moins dépendante du politique que ce n’est le cas en France pour nos groupes média… bref tout pesé il se pourrait bien que le journalisme de Marque soit étrangement plus libre que celui des médias, et reste donc aux marques de transformer ce potentiel en réalité.

Journalisme de marque et légitimités iscpa nov 2010